Le gazon face à l’ombre

Les conseils de LANDSCAPER PRO:

Gazons : s’adapter à l’ombre

Les zones de gazon ombragées peuvent être problématiques. Les professionnels du gazon devront les gérer et trouver des solutions. Les pelouses peuvent être proches des maisons, des garages et des hangars, ou entourées d’arbres et d’arbustes, ce qui affecte leur qualité et leur vigueur. Il est difficile de conserver un gazon en bon état car il y a souvent des problèmes de mousse et de faible densité. Malheureusement, il est souvent impossible d’enlever les structures responsables de l’ombre et les gazons doivent continuer à pousser avec une lumière réduite. Mais vous serez heureux d’apprendre qu’il existe des stratégies utilisées par les professionnels du gazon pour améliorer la santé et la qualité esthétique du gazon.

Comment l’ombre affecte-t-elle la croissance du gazon?

La plupart des espèces de graminées d’Europe du Nord ont besoin de 4 à 5 heures de lumière solaire directe chaque jour et seront affectées par l’intensité, la qualité et la durée de la lumière solaire qu’elles reçoivent. Dans des conditions ombragées, la lumière captée par la plante est réduite et le niveau de photosynthèse diminue ainsi que la production de glucides. Les hydrates de carbone sont essentiels à la croissance des plantes car ils contribuent à la fabrication des composants structurels tels que la cellulose (important pour la formation des parois cellulaires) et ils fournissent de l’énergie pour la croissance des plantes.

Lorsque la production d’hydrates de carbone est réduite à cause de l’ombre, la croissance est affaiblie. Les plantes à graminées ont moins de talles, moins de rhizomes, moins de racines et présentent souvent des symptômes de croissance étiolée, une texture de feuille plus fine et fragile qui supporte moins bien l’usure. Le résultat est un gazon moins beau, manquant de vigueur et avec une sensibilité accrue à la sécheresse, au froid, à la chaleur et aux maladies.

Les structures responsables de l’ombre contribuent également à réduire le mouvement de l’air, entraînant une augmentation de l’humidité relative et une stagnation de l’humidité sur le sol et le feuillage. En conséquence, le gazon ombragé est également plus vulnérable à l’invasion de mousses et d’algues ainsi qu’aux attaques de maladies cryptogamiques.

Les meilleurs conseils pour adapter le gazon à l’ombre

Dans un premier temps, agissez si possible pour minimiser l’effet de l’ombre :

  • Concernant les plantations d’arbres et d’arbustes, renseignez-vous sur la vitesse de croissance et la dimension à l’âge adulte des végétaux avant de les introduire dans un jardin ou à proximité d’un gazon. Ceci est particulièrement important dans les petits espaces. Certaines espèces ont de petites feuilles qui permettent à la lumière du soleil de filtrer (par exemple de nombreuses espèces de bouleau) tandis que d’autres ont des couvertures denses et épaisses qui empêcheront toute lumière de pénétrer sous la frondaison (Marronnier, hêtre). Les conifères à feuilles persistantes font de l’ombre toute l’année et pas seulement pendant la saison de croissance comme les espèces à feuilles caduques.
  • Les arbres à racines superficielles doivent être évités car ils seront très compétitifs pour l’eau et les nutriments, ce qui rendra l’environnement ombragé encore plus difficile à supporter pour les plantes herbacées. Les espèces telles que le saule et le peuplier sont réputées pour être très concurrentielles vis-à-vis de l’eau.
  • Retirer quand c’est possible les structures (murs, bâtiments…) et les végétaux de grande taille des expositions Est et Sud. Si l’enlèvement n’est pas envisageable, l’élagage peut apporter une amélioration significative, surtout si la ramure est éclaircie afin d’augmenter la pénétration de la lumière et la ventilation de l’air.
  • Les installations mobiles telles que les équipements de jeu doivent être régulièrement déplacées afin de répartir l’usure et d’éviter que le gazon ombragé ne soit trop sollicité.

Lorsque l’ombrage ne peut être évité, les stratégies suivantes aideront les graminées à gazon à faire face à cet environnement moins favorable au développement:

  •  Enlevez toujours les débris laissés par les arbres et les autres végétaux le plus tôt possible car cela étouffe l’herbe et augmente inutilement les dépôts de matières organiques.
  • Augmentez toujours la hauteur de coupe du gazon qui pousse à l’ombre et tondez moins fréquemment. Cela accroit la surface foliaire disponible pour capter la lumière du soleil et permet aux plantes de développer leur volume racinaire pour mieux accéder à l’eau et aux nutriments. L’augmentation de la hauteur de coupe dépend des espèces constituant le gazon et de la période de l’année. Généralement, 10 à 25 mm sont suffisants.
  • Les applications d’engrais doivent être modérées afin d’éviter une croissance trop rapide qui fragilise le gazon. Appliquez de préférence un engrais azoté à libération contrôlée au printemps, environ 4 semaines avant que les arbres ne se couvrent de feuilles. Une deuxième application peut être faite en automne juste avant la chute des feuilles avec un engrais riche en potassium pour renforcer la résistance du gazon.
  • Arrosez seulement lorsque cela est nécessaire pour garder la surface aussi sèche que possible. Lorsque les arbres environnants sont en concurrence pour l’eau, pratiquez un arrosage peu fréquent mais important afin d’humidifier le sol en profondeur.
  • Essayer d’enlever la rosée du matin à l’aide d’une longue baguette souple ou d’un souffleur pour aider le gazon à s’assécher et réduire sa vulnérabilité aux maladies cryptogamiques.
  • Vérifiez le pH du sol. Les débris végétaux laissés par les arbres et autres plantes, en particulier les aiguilles de pin, peuvent entraîner une acidification du pH du sol. Si le pH du sol est trop faible (proche de 5,0), la croissance du gazon sera encore plus affectée et le développement de la mousse et des algues sera favorisé. Pour remonter le niveau du PH, il faudra appliquer un amendement calcique.
  • Regarnir le gazon en place en utilisant des semences contenant des espèces tolérantes aux zones ombragées. La fétuque rouge traçante (Festuca rubra rubra) et la fétuque rouge gazonnante (Festuca rubra commutata) ainsi que le pâturin commun (Poa Trivialis) ont tendance à bien se comporter à l’ombre, contrairement au ray-grass anglais.
  • Eliminer les mousses pour limiter la concurrence pour la lumière, l’eau et les nutriments.

Leave a Reply